Je voulais écrire le bilan de mes 3 premiers mois puis 6 mois, mais autant vous dire que le temps est passer beaucoup trop vite donc je passe à 1 an directement. C’est l’heure du bilan d’1 an d’expatriation. Et autant vous dire le temps passe vite. Cela fait un moment que je prépare cet article sans vous le publier.

Alors oui c’est un article où je vais plus parler de ma vie, mes expériences et mon installation plutôt que de raconter mes voyages, vous donner quelques conseils mais il n’y aura pas beaucoup de photos.

Cela fait plus d’un an que je souhaite commencer une nouvelle vie à l’étranger. Puis j’ai eu la chance d’obtenir mon PVT très rapidement et là tout s’est enchaîné. Les préparatifs, la tournée des au revoir et j’étais déjà dans l’avion. J’ai mis six mois à préparer mon voyage, six mois où j’ai été sur de moi et je n’ai jamais douté de ma décision. Sauf dans l’avion où je me suis demandé si je ne faisais pas une erreur.

Et je peux dire que avec le recul et 1 an plus tard, non je n’ai pas fait erreur bien au contraire c’est exactement ce dont j’avais besoin. Je suis heureuse de ma nouvelle vie d’ici, tout est parfait et j’espère que cela va continuer ainsi.

Tout le monde me dit que c’est très courageux, que tout le monde ne semble pas capable de plaquer sa vie entière pour l’inconnu. Moi c’est quelque chose qui me semble normal. Il faut juste y croire et se lancer.

En arrivant ici, j’ai d’abord pris le temps d’effectuer mes démarches obligatoires d’expatrier : ouverture de compte en banque, inscription au NAS car tout cela était obligatoire pour trouver un travail.

Justement la recherche d’un travail. J’ai la chance d’avoir trouvé un super travail depuis fin août. J’ai complètement changer de domaine mais quitte à partir à l’autre bout du monde autant ne pas faire le même métier et changer de vie. J’ai envoyé de nombreuses candidatures sur plusieurs sites comme pvtiste.com, expressojob ou grenier. Je cherchais un travail dans le milieu du web puis j’ai décidé d’élargir mes horizons et je suis passée par des cabinets de recrutement. Le but était de trouver un travail peu importe le domaine pour avoir une première expérience au Canada. Les cabinets de recrutement c’est un peu les agences intérim française mais en plus classe. On passe une série de test pour évaluer notre niveau puis on nous propose des jobs qui pourrait nous correspondre qu’on est libre de dire oui ou non.

J’ai ainsi pu enchaîner plusieurs entretiens dont celui pour l’Appui. Et j’ai été prise autant vous dire que j’ai jamais été aussi heureuse de décrocher un travail. Après un entretien physique puis téléphonique j’ai eu le poste. Je suis aujourd’hui adjointe administrative et financement de projet. Le nom est pas très parlant pourtant le boulot est captivant. Je me suis jamais autant amusée dans mon travail, j’ai des collègues en or et je suis passionnée dans tous ce que je fais.

Et travailler dans la joie, la bonne humeur et le rire tout en étant efficace cela n’a pas de prix. Les gens ne râlent pas, les portes ne claquent pas, les gens ne partent pas en pleure cela me change tellement de la pression que j’ai pu subir et les impressions que j’avais dans les anciens travail. Il y a une telle reconnaissance qu’on se sent encore plus impliquées et valorisés.

 

Trouver un travail c’est le must mais il faut un logement aussi. J’ai été à l’hôtel au début puis j’ai eu la chance d’avoir un logement temporaire pendant 2 mois près du Mont Royal. Un grand merci à Rachel qui m’a sous louée sa chambre et cela m’a bien dépannée pendant l’été. Puis j’ai rencontré des gens adorable avec qui on a formé un super groupe d’amis et puis avec 2 entre eux on a formé une collocation début septembre. Et puis finalement étant en couple, on a décidé de s’installer ensemble j’ai donc encore déménagé il y a quelques semaines. Je suis resté dans mon quartier (même dans la même rue).

Autant le travail j’ai trouvé facilement à partir du moment que j’ai cherché car il y a beaucoup de travail ici mais le logement cela a été une vrai galère pourtant on avait un beau budget et peu de critère : 3 grandes chambre et proche d’un métro. Ce fut laborieux et presque décourageant jusqu’à ce qu’on trouve notre grand appartement quartier Crémazie. Il est parfait, il a un potentiel énorme, il est bien agencé mais ici pas de caution alors on récupère les appartements en l’état. Et autant dire que l’ancienne locataire ne connaissait pas le mot ménage ni produit d’entretien. On a passée 1 semaine à nettoyer sol, mur pour tout ravoir. On est content du résultat.

 

Mais par-dessus tout j’ai fait des rencontres uniques. Tout le monde est gentil et avenant. Je rencontre régulièrement des inconnus avec qui je pars une journée ou un week-end dans un chalet, dans un parc on partage un bon moment, on rigole on se raconte nos aventures. Certaines deviennent des amis et bien plus encore.

En 1 an j’ai parcouru plusieurs villes du Québec, je suis allée en Ontario, à Boston, Orlando bientôt New York ou encore Cuba. On voyage, on découvre. Chaque saison est une grande découverte, chaque minute est une aventure. On vit des sensations fortes, des souvenirs que je ne vais pas oublier.

Plus sérieusement, une expatriation ce n’est pas toujours facile car on est loin de nos amis et notre famille. On loupe beaucoup Evènement et lorsque on rentre ce n’est pas toujours facile de pouvoir être là pour voir tout le monde mais même si on est loin grâce au réseau on peut échanger régulièrement et c’est bien plaisant.

En 1 an, j’ai grandi, j’ai changé et j’ai appris. J’ai construit une nouvelle vie de zéro et je suis fière de ce que j’ai pu accomplir et je souhaite à tout le monde le courage de franchir ce cap et de venir vivre une telle aventure.

En tout cas, un grand MERCI à toutes les personnes qui ont cru en moi et qui chaque jour continue de m’encourager. Et puis d’après ce que l’on dit si on survit au premier hiver on est pas prêt de partir.

Bilan d'1 an d'expatriation
Jolie maison de Montréal - expatriation
Vue depuis la tour du parc Olympique

RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.